« Je travaille dans une maison de fous » (M. Wehrle). L’entreprise « asile »

 Maison de fous (livre)

Toute ressemblance avec des situations existantes ou ayant existé n’est absolument pas fortuite.

Vous pensez que le monde de l’entreprise est toujours objectif, sensé et rationnel ? Ce livre vous fera perdre vos dernières illusions.

« Si vous pensiez jusque-là qu’il n’y avait que chez votre employeur que l’on marchait sur la tête, vous allez vous frotter les yeux ».

Martin WEHRLE,  coach en carrière allemand, a épinglé au cours de ses missions nombre de situations ubuesques, kafkaïennes dont il dresse le panorama.

Au final se dessine anecdote après anecdote  un tableau hallucinant de l’entreprise « asile », peuplée de fous qui, pour la plupart, s’ignorent.

« Ce visage – le vrai visage d’une entreprise – ne figure nulle part sur la carte. Seul le personnel le voit. »

Les décisions prises par la hiérarchie en dépit du bon sens, sans que jamais les acteurs de terrain ne soient sollicités, les procédures d’embauches fictives, la réunionite et ses ravages, les réductions de coûts au final très coûteuses, le peu d’intérêt porté aux clients et aux salariés, les guerres de chefs, d’ego, les illusionnistes du travail, rien n’échappe à l’analyse de Martin Wehrle.

« Un principe vaut dans toutes les maisons de fous : les salariés n’ont jamais de bonnes idées, surtout quand ils se mêlent de bousculer les sacro-saintes habitudes. Le seul fait qu’une entreprise ne soit pas encore insolvable est considéré comme la preuve qu’elle va bien et qu’il n’y a rien à changer au modèle économique en vigueur. »

« On a toujours fait comme ça » est le paravent derrière lequel se cachent des légions entières de managers. Comme s’il n’était pas indispensable qu’une entreprise évolue et se transforme pour s’adapter aux marchés et à son environnement. »

Chacun des travers de l’entreprise est disséqué puis synthétisé avec humour sous forme d’articles du règlement intérieur de l’asile.

« Art. 4 : Le patron n’a pas à s’adapter à la réalité, c’est la réalité qui s’adapte à lui. »

« Art. 15 : Un client qui a posé problème à l’entreprise est un « client problème ».

« Art. 17 : Le travail, c’est comme la femme coupée en deux au cirque : on n’est pas obligé de le faire pour de vrai, il faut seulement que ça ait l’air vrai et que ce soit spectaculaire. Ça suffit pour se faire applaudir. »

Pour survivre : se résigner ou s’évader ?

Au delà du comique ou de l’absurde, un constat : ces situations parfois grotesques peuvent générer chez les salariés qui les vivent au mieux, de l’incompréhension, au pire de vraies souffrances. Il ne faut en effet pas oublier comme le stipule l’article 1 :

Un nouveau salarié pense qu’il devient une partie de l’entreprise. Il se trompe, c’est l’entreprise qui devient une partie de lui

Parfois, la folie, la vraie n’est pas étrangère à l’entreprise, notamment dans les sphères dirigeantes.

« L’autocritique n’est guère pratiquée dans les bureaux directoriaux : la suffisance délirante et les ego surdimensionnés qui occupent le terrain ne le permettent pas. Le psychologue new-yorkais Paul Babiak a découvert qu’il y avait huit fois plus de psychopathes parmi le personnel dirigeant que dans le reste de la population où seulement une personne sur cent est considérée comme atteinte d’un trouble mental. Ce sont essentiellement des personnes qui, enfants, ont souffert de blessures narcissiques et aspirent à s’élever. Elles qui étaient hier impuissantes, veulent devenir les puissantes d’aujourd’hui, commander pour ne pas être commandées. Diriger pour se fuir. »

Fort heureusement toutes les entreprises ne sont pas hystériques. Souvent, ce sont simplement les valeurs de l’entreprise, de ses dirigeants et celles du salarié qui sont incompatibles.

Dans la seconde partie Martin Werhle, dispense quelques conseils pour diagnostiquer son entreprise, détecter les entreprises malsaines et aider les salariés qui se trouveraient à leur corps défendant enfermé dans cet « asile » à s’en sortir.


Avis

Voyage au coeur de la folie ordinaire des entreprises, passant de l’anecdotique aux outils de prévention des risques psychosociaux, un ouvrage à conseiller tant aux dirigeants d’entreprises qu’aux salariés.

Je travaille dans une maison de fous. Grand test : diagnostiquez votre entreprise ! (Broché)
by Martin Wherle

Price: EUR 2,29
13 used & new available from EUR 2,29
(0 customer reviews)

Je travaille dans une maison de fous (Editions Eyrolles)

À rapprocher de « Ils ne mourraient pas tous, mais tous étaient frappés » (Marie Pezé).

Share

Verbiage Auteur

Commentaires

    Franck

    (29 juillet 2013 - 13 h 26 min)

    Qui ne l’a pas dit au moins une fois ?

      admin

      (29 juillet 2013 - 19 h 02 min)

      Dit ou pensé 🙂

    […] Martin WEHRLE, coach en carrière allemand, a épinglé au cours de ses missions nombre de situations ubuesques, kafkaïennes du monde de l'entreprise dont il  […]

    […] “ Martin WEHRLE, coach en carrière allemand, a épinglé au cours de ses missions nombre de situations ubuesques, kafkaïennes du monde de l'entreprise dont il”  […]

Laissez un avis ou un commentaire