Réflexions sur la conciliation vie professionnelle et vie privée – Impact des moyens de communication modernes. 3


Dominique DELOCHE est coach, expert en matière de management, intervenant notamment sur les thématiques de prévention des risques psychosociaux. Également directeur pédagogique chez ESG Executive Education et auteur de plusieurs ouvrages sur le management, il a accepté de répondre à  nos questions. Découvrez la deuxième partie de cet échange également disponible sur son blog deloche.net.

(Entretien réalisé par mail en Octobre 2013.)


LogoverbiageinterviewLes moyens de communication modernes ne 
compliquent ils pas le respect de la 
frontière entre vie professionnelle et vie privée ?
Internet

© Julien Eichinger – Fotolia.com

Dominique DELOCHE : L’ambiguïté tient au relatif confort de pouvoir travailler, en toute liberté, en dehors du cadre clos de son bureau ou de l’entreprise.

Confort relatif, car le travail dans ces conditions devient vite contrainte intrusive dans la vie privée (ordinateur, téléphone, mails, etc …). Les nouvelles technologies permettent aujourd’hui de se connecter, se brancher à sa situation de travail ou à son outil de travail privilégié : l’ordinateur.

Ce relatif confort fait aujourd’hui débat :

  • les workalcoliques sont rivés à leurs smartphones 24h sur 24, 7 jours sur 7. L’addiction au travail peut se révéler source de stimulation et de bien-être. A condition d’en user modérément selon l’ISMAT. Le leader suisse du management de la performance et du climat social, estime que les personnes dépendantes au travail sont stimulées par le challenge professionnel. A quel moment la stimulation et le bien-être deviennent surmenage et surcharge ? A quel moment la surexposition au travail devient contre-productivité, selon le constat qu’en faisait Ivan ILLICH (Le travail fantôme – Seuil – 1980) ?
  • les entreprises étendent peu à peu, en conscience ou mollement, l’espace de la disponibilité demandée à leurs salariés au travers de ces nouveaux outils de communication. Ce phénomène est directement pointé comme facteurs de risques psychosociaux (Rapport du collège d’experts, rapporteur Michel Gollac, avril 2011 sur l’intensité et les horaires de travail)
  • les médecins du travail, les partenaires sociaux, les observateurs du monde du travail alertent sur les dérives d’une charge de travail qui empiète tous les jours un peu plus l’espace réservée à la vie privée. Pascal Alix, avocat à la cour, rappelle que la jurisprudence commence à intervenir sur les cas limite de disponibilité exigée pendant les temps de pause et la vie privée : http://www.virtualegis.com/bulletins/document.php?ref=187.

Mais surtout, les nouvelles technologies, dans la vie professionnelle (comme dans la vie privée sans doute) ne garantissent pas une excellente communication.

Comme le rappelle Dominique WOLTON, directeur de l’Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC), la performance des systèmes de communication n’a rien à voir, bien au contraire, avec la qualité de la communication interpersonnelle. On n’a jamais eu autant d’outils pour communiquer et les conditions minimalistes de la communication managériale ne sont pas toujours respectées.

On multiplie la communication informative en donnant l’information lors de réunion, on la reformule lors d’entretiens (avec l’énervement en plus lorsque les personnes n’ont toujours pas compris), on fait des formations pour expliquer en détail, des conventions pour médiatiser les messages, de belles plaquettes pour sensibiliser, des mails réitérés pour les niais qui n’ont toujours pas intégré les messages. Mais la posture qui consiste à interroger les personnels « qu’est-ce que vous avez compris ? Qu’est-ce que vous allez faire ? Comment allez-vous vous y prendre ? ».

Comme le rappelle, avec beaucoup de pertinence, Jean Jacques MACHURET « arrête de m’expliquer, fais-moi comprendre » ; c’est-à-dire arrête de me dire ce que tu as à me dire avec ta représentation mentale, ton cadre de références, mais fais-l’effort d’intégrer mon cadre de références, ma singularité pour me permettre de comprendre et intégrer ce que tu es en train de me dire.

L’exercice du management s’appauvrit de cette communication minimaliste par mail ou SMS, faite d’injonctions, d’informations, de consignes, noyée au milieu de copies de mails adressés à d’autres. Le comble de la non communication, pour ne pas dire le non management consiste à recevoir un mail d’information adressé par la personne qui travaille en face de soi.


1ère Partie : Le travail occupe une place importante dans la constitution de l’image sociale d’un individu. Cela complique-t-il la conciliation vie professionnelle et vie privée ?


3 thoughts on “Réflexions sur la conciliation vie professionnelle et vie privée – Impact des moyens de communication modernes.

  1. Reply Alain Astouric Oct 18,2013 17 h 28 min

    Bonjour,
    Intéressant, Intéressant.
    D’autant qu’au moins 12 des 100 principaux stresseurs sont directement liés à la conciliation vie professionnelle-vie privée et/ou aux nouveaux moyens de com.
    Exemples : Je suis envahi(e) de courriels qui perturbent ma gestion du temps ; Avec toutes ces nouvelles techniques je crains quelquefois de ne plus pouvoir suivre ; Les technologies de l’information et de la communication exercent sur moi une pression excessive … J’emporte régulièrement du travail à la maison …
    Bien à vous.
    http://astouric.icioula.org/

    • Reply Verbiage Oct 18,2013 18 h 10 min

      Cette frontière devient de plus en plus poreuse : les activités personnelles réalisées sur le temps de travail et surtout malheureusement le professionnel exercé sur le temps privé.

  2. Pingback: Réflexions sur la conciliation vie profe...

Laissez un avis ou un commentaire

Vous aimerez aussi