Réseaux sociaux : Pheed, le Twitter killer ?

LOGO Pheed

Pheed est un réseau social lancée en octobre 2012. Comme à chaque fois qu’un concurrent arrive sur ce marché, il est présenté comme le « killer » qui va anéantir les précédents et  révolutionner le domaine .

Comme les autres réseaux sociaux, il permet le partage de contenus : photos, musique, vidéos, des diffusions en direct, et bien évidemment du texte. Sur ce dernier type de contenu il se rapproche de Twitter puisque les pheeds, équivalents des tweets, sont limités en nombre de caractères (420 par pheed).

Ce qui fait la particularité de Pheed c’est que les utilisateurs peuvent décider de partager leur contenu gratuitement ou de le monétiser en proposant à leurs abonnés une souscription mensuelle variant entre 1.99 et 34.99 dollars. Il est également possible de proposer un accès aux évènements au cas par cas à ses abonnés.

 Le concept est résumé dans cette petite vidéo réalisée par Orange

L’ouverture d’un compte Pheed est assez aisée dans la mesure où il est possible de s’y connecter en liant son compte avec son Facebook ou son Twitter. Les identifiants, avatars, Facebook ou Twitter sont alors repris.

A l’issue de cette étape et après avoir accepté les conditions d’utilisation (que l’on a évidemment toutes lues et comprises), il est demandé de s’abonner à trois canaux. On ne sait pas pourquoi, mais comme on y est invités, et pour tout dire obligés, on s’exécute.

On a enfin accès à l’interface, quelque peu fouillis, se rapprochant à la fois de Facebook, de Twitter, ou encore de Tumblr… mais totalement et uniquement en anglais.

Différentes options sont alors offertes pour partager son contenu. A condition d’être habitué des réseaux sociaux, on s’y retrouve assez rapidement puisqu’en réalité, il n’y a pas de réelle innovation.

Pheed-Verbiage

Les hashtags (pardon les mots-dièse), les trending topics, la possibilité de retweeter (ici remixer), de liker, on retrouve les principales fonctions des réseaux actuels en une seule interface. Avec une particularité toutefois, la présence des boutons Twitter et Facebook directement dans l’interface.

Au final, seul le temps nous dira si Pheed se fera sa place ou ne sera qu’un feu de paille. Pour l’heure, les artistes y voient une plateforme idéale pour diffuser et monétiser leur contenu.

Pour les financiers Pheed est vu comme « un Twitter avec un business plan ». On peut tout de même avoir d’énormes doutes sur la volonté des internautes, depuis longtemps habitués à la gratuité, à payer pour avoir accès à du contenu.

Pheed est désormais disponible via une application Android ou iOS

Verbiage sur Pheed : https://www.pheed.com/VerbiageFr


Lire également Diglr, un réseau social de « proximité » pour réunir les passions

Laissez un avis ou un commentaire

Vous aimerez aussi